L’environnement

L’environnement est important dans l’épanouissement et le bien-être de l’enfant. Une classe Montessori lui offre un cadre agréable, joyeux et adapté, ainsi qu’une atmosphère d’apprentissage stimulante et apaisée.

  • Un environnement préparé: une classe Montessori est un bel environnement préparé, riche en activités qui permettent à l’enfant d’apprendre par lui-même à travers l’exploration, la découverte et la manipulation. Cet environnement est à la taille des enfants et propose un espace ordonné qui permet à l’enfant de se sentir en sécurité et de maîtriser la géographie du lieu (espace langage, espace vie pratique etc…). Cela favorise donc son indépendance. Les petits rituels, repères temporels, rythment la journée et accompagnent l’enfant dans les moments de transition. Le calme est essentiel et cette atmosphère sereine est très appréciée par les enfants. Dans une classe Montessori, ils apprennent à marcher doucement, à fermer une porte sans la claquer et ils se concentrent avec joie sur leurs activités.

  • La liberté: dans l’environnement Montessori, les enfants sont libres d’agir et de développer leurs apprentissages à leur rythme. Ils peuvent choisir leur activité (pratique, sensorielle, langagière, mathématique, artistique…) seuls ou en petit groupe en fonction de leurs intérêts. Chaque activité s’inscrit dans un ensemble qui favorise une progression étape par étape et soutient l’enfant dans sa construction. Aussi, l’environnement permet une liberté de temps. L’enfant prend le temps dont il a besoin et répète les activités aussi souvent qu’il le souhaite, la répétition étant fondamentale pour acquérir un niveau de compétence. Les déplacements permettent aussi les expériences sociales au sein de la communauté. L’enfant n’est pas obligé d’être constamment engagé dans une activité, il peut aussi se reposer, observer, discuter, rêver.

  • Une liberté dans un cadre: la liberté dans une classe Montessori est une liberté cadrée. Elle fonctionne en lien avec les notions de responsabilité, d’autonomie, de volonté et d’autodiscipline. Aussi, ma liberté est possible si elle n’empiète pas sur la liberté des autres. L’enfant découvre les contraintes imposées par la vie sociale et les limites de la vie en communauté. Il y a des règles de vie afin d’assurer une ambiance propice aux apprentissages et à la concentration dans le respect de soi, des autres et de l’environnement. Parmi ces règles nous trouvons par exemple le respect d’un enfant en activité, le rangement du travail une fois celui-ci effectué. L’éducateur observe le développement de l’enfant et guide son autonomie qui est proportionnelle au degré de maturité de chacun.

  • Le cycle du travail: pour suivre le rythme naturel de l’enfant, nous proposons une  période de deux à trois heures pendant laquelle l’enfant est libre de choisir ses activités de manière spontanée. Dans le cycle du travail, il peut y avoir un regroupement des enfants, des lectures d’histoire, un moment de goûter ainsi que des cycles d’activités:  ceux-ci, les plus importants, commencent lorsque l’enfant choisit une activité sur l’étagère, s’y engage (sur une table ou sur un tapis), finit le travail et va le ranger à la place où il l’a trouvé. Ces activités peuvent se faire soit seul soit avec un ou deux camarades. L’enfant a donc le temps de choisir, de pratiquer, de s’engager à son rythme et de manière autonome sans être interrompu par l’adulte ou par des contraintes de groupe. Il peut ainsi développer sa concentration et ses fonctions exécutives comme sa capacité à planifier un travail, à trouver des solutions, à aller au bout de son intention.

  • Le mélange des âges: les âges mélangés de 3 à 6 ans permettent aux plus jeunes d’observer les plus grands, aux plus grands d’enseigner aux plus jeunes ce qui contribue au développement de la confiance en soi et renforce les apprentissages. Le mélange des âges offrent à l’enfant de multiples occasions d’interaction et de coopération. Aussi, l’éducateur suit les enfants pendant trois années consécutives et la relation élève/enseignant en bénéficie largement. L’enfant a donc un cycle de trois ans pour évoluer à son rythme, ce qui élimine la notion d’avance ou de retard.